Vestiges de guerres atomiques anciennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Vestiges de guerres atomiques anciennes

Message  Projectarea54 le Lun 12 Déc 2011, 18:31

Citation:
Le
16 février 1947, l'information suivante parut dans le New York Herald
Tribune - et devait être reprise par T. Sanderson en janvier 1970 dans
le magazine Pursuit :



Après l'explosion de la première bombe atomique dans le Nouveau Mexique,
le sable du desert s'est changé en un verre fondu de couleur verte. A
en croire le magazine Free World, cette révélation a causé un choc à
certains archéologues. En creusant l'ancienne vallée de l'Euphrate, ils
ont mis au jour une couche vieille de 8000 ans laissée par une société
agricole, puis une couche beaucoup plus ancienne concernant une société
de gardiens de troupeaux, puis une culture plus vieille encore qui
habitait les cavernes. Recemment est apparue une nouvelle couche...
contenant du verre fondu de couleur verte. A bon entendeur, salut.



Il est bien connu que lors d'une déflagration atomique au dessus d'un
désert sablonneux, la silice du sable fond et recouvre le sol d'une
feuille de verre. Les feuilles de verre qui existent en divers endroits
du monde seraient-elles donc les traces d'anciennes guerres atomiques ou
d'essais atomiques effectués par les limbes de l'histoire ? L'idée
paraît abracadabrante. Pourtant les indices ne manquent pas car ces
feuilles de verre désertique constituent un fait géologique. Certes, les
météorologues font remarquer que la foudre peut à l'occasion fondre le
sable ; mais les formes résultantes - dites fulgurites - sont ici
typiquement arborescantes et composées de sortes de branches ou de tubes
sans aucun rapport avec des feuilles plates. Les géologues font conc
peu de cas de la foudre et préfèrent s'en tenir à une explication fondée
sur la chute de météorites ou de comètes, théorie qui pèche toutefois
par le fait que les étranges feuilles de verre ne s'accompagnent
généralement d'aucun cratère. Dans Mysteries of Time and Space, Brad
Steiger et Ron Calais rapportent qu'Albion W. Hart, ingénieur du
Massachusetts Institute of Technology nommé par un projet d'ingénieurie
en Afrique, fut amené, pour gagner une région peu accessible, à
traverser avec ses hommes, une vaste zone désertique. Dans un article
sur la vie de Hart (Rocks and Minerals, n°396, 1972), Margarethe Casson
relate : "il fut stupéfié par la grande étendue de verre verdâtre qui se
révéla à lui, recouvrant le sable à perte de vue... Plus tard, il eut
l'occasion de voir la zone de White Sands où avait explosé la première
bombe atomique, et il y reconnut le même type de silice fondue qu'il
avait vue cinquante ans auparavant dans le désert africain".





(Source : "La technologie des dieux" par David Childress)




Citation:
Dans
Secrets of the Lost Races, Rene Noorbergen analyse les éléments
susceptibles d'être attribués à une guerre cataclysmique ancienne, menée
avec des aéronefs et des armes qui auraient vitrifié des cités en
pierres. "Dans le Nouveau Monde, les restes de vitrification les plus
nombreux se trouvent à l'ouest des Etats-Unis. En 1850, un explorateur
américain, le capitaine Ives William Walker, remarqua les premier ces
ruines situées dans la vallée de la mort. Il découvrit une cité longue
d'environ 1,5 km et dont on discernait encore le tracé des rues et
l'emplacement des bâtiments. En son centre se trouvait un rocher
gigantesque, haut de 6 à 9 mètres et surmonté des vestiges d'une énorme
structure. Côté sud, le rocher et l'édifice étaient fondus et vitrifiés,
ce que Walker imputa à un volcan. Mais la zone est vierge de volcan et
en outre, une chaleur tectonique n'aurait pu liquéfier ainsi la surface
du rocher. Un associé du capitaine Walker, qui l'accompagnait dans cette
exploration fit ce commentaire : "La région située entre les rivières
Gila et San Juan est couverte de vestiges. Ces cités devaient être très
étendues ; en partie calcinées et vitrifiées, elles sont remplies de
pierres et de cratères fondus créés par des feux assez chauds pour
liquéfier roche et métaux. Les pavés, les maisons, présentent des
déchirures monstrueuses... [comme s'ils avaient été] attaqués au moyen
d'un allume-feu géant".

Les ruines vitrifiées de la vallée de la Mort ont quelque chose de fascinant. Reste à savoir s'il s'agit bien de ruines...

L'existence, dans cette zone, de vestiges de civilisations anciennes ne
fait aucun doute. Les parois du canyon Titus présentent des pétroglyphes
et inscriptions tracés par des mains préhistoriques inconnues. Certains
experts pensent que ces graffitis seraient dûs à des hommes ayant vécu
là bien avant les Indiens, car les Indiens survivants ne savent rien des
glyphes et les regarde même avec une crainte superstitieuse.

Selon Jim Brandon (Weird America), "les légendes des Piutes parlent
d'une cité située au-dessous de la vallée de la Mort et
appéléeShin-au-av. Tom Wilson, guide indien des années 1920, prétendait
que son grand-père avait découvert cet endroit alors qu'il arpentait,
sous le sol de la vallée, un interminable dédale de grottes. L'Indien
finit par déboucher dans une citée souterraine dont les habitants
parlaient une langue incompréhensible et portaient des vêtements de
cuir. Wilson raconta cette histoire un jour où un prospecteur nommé
White avait affirmé avoir traversé le plancher d'une mine abandonnée de
Wingate Pass et être tombé dans un tunnel inconnu. Ce tunnel donnait sur
toute une série de salles où White découvrit des centaines de momies
humanoïdes vêtues de cuir. Des barres d'or y étaient entassées, comme
des briques, dans des coffres. White prétendit avoir exploré à trois
reprises ces cavernes, accompagné une fois par sa femme et une autre
fois avec son associé Fred Thomason. Mais aucun d'eux ne réussit à
montrer l'entrée de la caverne au groupe d'archéologues qui souhaitaient
visiter l'endroit". Il semble pourtant qu'un habitant du cru savait
comment s'y rendre. Brandon rapporte que "Death Valley Scotty", un
excentrique qui avait dépensé des millions pour construire un château
dans le secteur, était connu pour partir "en projection" quand ses fonds
étaient en baisse. Ils disparaissaient quelques jours dans les monts
Grapevine tout proches et rapportait à son retour un or d'une qualité
d'affinage suspecte, résultat, disait-il, de sa prospection. Beaucoup
pensent qu'il tirait son or des barres entassées dans le complexe de
tunnels situé sous la vallée de la Mort.

Les traces d'une civilisation disparue de la vallée de la Mort firent
bizarrement surface dans un récit publié le 5 août 1947 par le Hot
Citizen, un journal du Névada, où il était question de grottes et de
momies :



DES SQUELETTES DE 2,70 METRES TROUVES PAR UNE EXPEDITION

Un groupe d'archéologues amateurs a annoncé aujourd'hui avoir découvert
dans les grottes californiennes une civilisation disparue dont les
membres mesuraient 2,70 mètres. Howard E. Hill, porte-parole de
l'expédition, a déclaré que cette civilisation pourrait être "la
fabuleuse Atlantide". Les grottes contiennent des momies d'hommes et
d'animaux et des outils. Vieille de 80 000 ans, cette culture serait,
selon Hill, "à certains égards plus avancée que la nôtre". Hill ajoute
que les 32 grottes s'étendent sur 465 kilomètres carrés dans la vallée
de la Mort (Californie) et dans le sud du Nevada et estime que "cette
découverte est peut-être plus importante que celle de la tombe du roi
Toutankhamon".

SCEPTICISME DES ARCHEOLOGUES

Le récit de Hill laisse sceptiques les archéologues professionnels. Les
scientifiques du musée du comté de Los Angeles soulignent que les
dinosaures et tigres qui, selon Hill, reposent côte à côte dans les
grottes sont apparues sur Terre à dix ou treize millions d'années
d'intervalle. Hill affirme que les grottes ont été découvertes en 1931
par le Dr F. Bruce Russell, médecin à Beverly Hills, qui tomba carrément
dedans alors qu'il effectuait un sondage pospectif. "Pendant des
années, il a essayé d'y interresser des gens", dit Hill, "mais personne
ne le croyait". Après la guerre, Russell et plusieurs autres amateurs
créèrent Amazing Explorations Inc. et se mirent à creuser. D'après Hill,
plusieurs cavernes contenaient les restes d'une "race d'hommes hauts de
2,40 à 2,70 mètres" qui "portaient une sorte de tenue préhistorique -
un vêtement en poils de longueur moyenne, une veste et des pantalons
arrêtés aux genoux".

UN TEMPLE DANS UNE CAVERNE

Une autre caverne, d'après Hill, contenait une salle rituelle avec des
signes et objets évoquant la franc-maçonnerie. "De ce temple, un long
tunnel conduisait dans une pièce où des restes biens conservés de
dinosaures, de tigres à dents de sabre, d'éléphants impériaux et
d'autres espèces disparues étaient appariés comme pour une exposition...
Ce fut apparemment une catastrophe qui poussa ces hommes dans les
grottes... On a retrouvé dans les outils qu'utilisait leur civilisation,
y compris des ustensiles ménagers et des fours apparemment alimentés
par onde radio".

"je sais", dit Hill, "que vous n'allez pas me croire".



Bien que d'une authenticité douteuse, cette histoire est pour le moins
intéressante. S'il y a bien une chose que les lecteurs modernes sont
prêts à croire, c'est celle-là, vu la diffusion actuelle des fours à
micro-ondes. Mais qui en avait entendu parler en 1947 ?





(Source : "La technologie des dieux", de David Childress)

_________________
Croire en ce qui est ! pas en ce qui parait, car la réalité nous dépasse tous...
avatar
Projectarea54
Administrateur
Administrateur

Masculin
Nombre de messages : 1204
Age : 45
QUEL EST VOTRE QUÊTE? : Ramener la Lumiere en tous
AVATAR SPIRITUELLE : NORMAL (je suis normal)
Date d'inscription : 28/08/2007

le Triangle des savoirs
Je suis ...: Qui suis je pour en juger
Changement de Dons: Planificateur/trice
Point de Présence:
1109/2012  (1109/2012)

http://www.essen-ciel.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum