Analyse de débris d'ovni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Analyse de débris d'ovni

Message  jean-marc le Lun 24 Sep 2007, 07:48

L'analyse de débris qui provient d'ovni , ne prouve pas une origine extraterrestre.

Le colloque de Pocantico.
29 septembre - 4 octobre 1997
A cette fin, il fut décidé de mettre en place un atelier organisé par la "Society for Scientific Exploration" au cours duquel 8 enquêteurs présenteraient leurs travaux devant un panel de 8 scientifiques composant le comité directeur et de 9 scientifiques de différentes spécialités formant la commission, pour juger de la légitimité de l'étude des OVNI.
Analyse de débris
M. Vallee présenta divers cas pour lesquels il existe des échantillons de matériaux associés à des phénomènes aériens inexpliqués.
M. Vallee précisa les quatre critères qui amènent à cette sélection :
le compte rendu des témoignages ;
les circonstances entourant la découverte du spécimen ;
les preuves permettant d'attribuer le spécimen à l'engin faisant l'objet du compte rendu
et les analyses en laboratoire des débris.
M. Vallee consacra beaucoup de temps à l'étude du cas qui se produisit à Council Bluffs, Iowa, le 17 décembre 1977.
Plusieurs habitants de la ville observèrent un éclair brillant à 19h45.
L'éclair fut suivi de flammes de 8 à 10 pieds de haut ( 2,5 à 3 mètres ).
Quand les témoins parvinrent sur les lieux de l'événement, à Big Lake Park, aux limites nord de la ville, ils découvrirent un remblai important, couvert d'une masse de métal en fusion qui luisait d'un rouge orangé et qui avait enflammé l'herbe.
La police et les pompiers se rendirent sur les lieux dans les minutes qui suivirent l'incident.
Un policier raconta que la masse en fusion apparaissait bouillante et qu'elle se répandait le long des bords du remblai sur une surface de 4 à 6 pieds ( 1,2 à 1,8 mètres ).
La partie centrale du matériau continua d'être chaude pendant encore deux heures.
Onze témoins assistèrent à l'événement.
Deux d'entre eux aperçurent un objet brillant dans le ciel avant la chute du débris.
L'échantillon récupéré fut analysé à l'Iowa State University et par la société Griffin Pipe Products.
Il s'avéra que le métal était constitué principalement de fer et de petites quantités de matériaux d'alliage tels le nickel et le chrome.
Les experts conclurent que le matériau s'apparentait à l'acier au carbone.
Toutefois, ils éliminèrent les quatre possibilités suivantes:
Une personne inconnue aurait versé du métal en fusion sur l'herbe pour faire un canular.
Une personne inconnue aurait créé le métal en fusion en se servant de "thermite" ( mélange de poudre d'aluminium et d'oxyde de fer ) et de métal ordinaire pour faire un canular.
Le matériau proviendrait d'un avion.
L'événement serait du à l'impact d'une météorite.
L'origine du débris demeure donc inconnue.
M. Vallee présenta également les cas suivants:
Maury Island, Washington, le 21 juin 1947.
Des débris, soi-disant associés à une explosion aérienne s'avérèrent correspondre aux débris d'une cimenterie de Tacoma, ce qui conduisit les autorités à conclure qu'il s'agissait vraisemblablement d'un canular.
Cependant, certains aspects de cette affaire n'ont jamais été complètement élucidés.
Campinas, Brésil, le 14 décembre 1954.
Un objet, en forme de disque, fut observé alors qu'il oscillait et perdait de l'altitude en laissant échapper un mince filet de liquide argenté qui fut par la suite identifié à de l'étain.
Vaddo Island, Suède, le 11 novembre 1956.
Des témoins découvrirent une "roche" brillante, chaude, près du lieu d'atterrissage d'un engin insolite.
La "roche" s'avéra être composée de carbure de tungstène et de cobalt.
M. Vallee mentionna brièvement les cas suivants : Aurora, Texas, le 17 avril 1897 ; Washington, D. C., 1952 ; Ubatuba, Brésil, en septembre 1957 ou antérieur ; Maumee, Ohio, 1967 ; enfin un événement qui se produisit à Bogota, Colombie, soit en 1975 ou en 1976.
Le comité jugea que les comptes rendus comprenant des résidus métalliques insolites suite à l'observation d'un phénomène aérien inexpliqué comportaient suffisamment d'éléments pour entreprendre des études comparatives.
Le cas de Coucil Bluffs est exceptionnel par les conditions qui l'entourent :
existence et intégrité des témoins, témoignage des policiers sur place, rapidité des analyses.
D'autres cas, comme ceux de Bogota ou d'Ubatuba sont suffisamment insolites pour encourager les enquêteurs à poursuivre leurs recherches.
Aucun des cas présentés n'apporta clairement la preuve qu'un débris outrepassait le cadre de la connaissance scientifique actuelle.
Toutefois, le comité encourage la recherche de cas remplissant les quatre conditions définies par M. Vallee et préconise que les débris recueillis soient soumis à des examens analytiques minutieux pour étudier leur composition élémentaire, isotopique, etc.

jean-marc
Co Administateur
Co Administateur

Masculin
Nombre de messages : 845
Age : 66
LOCALISATION : Québec ( Canada)
QUEL EST VOTRE QUÊTE? : sans aucune rancune , plein d\\\\\\\'amour
Date d'inscription : 29/08/2007

le Triangle des savoirs
Je suis ...: Maitre
Changement de Dons: Ubiquité
Point de Présence:
845/2012  (845/2012)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum